Troll et véganisme

Illustration acrylique et crayon

Des commentaire anti-vegan sur des espaces numériques différents

Avant d’aller plus avant, il me semble important de préciser d’où est venue l’idée de ce papier. Je n’arrive pas à dormir sans avoir regardé des contenus divertissants sur mon smartphone (oui je sais, ce n’est pas bien !). Les compagnons de ce moment ? Des applis de divertissement comme 9gag (prononcez Nine gag), VDM, DTC ou Se coucher moins bête.

Le principe de ces applis est similaire : le contenu (que l’on appelle un post) est généré par Monsieur et Madame tout le monde. Un système de vote permet, suivant les applis, de mettre en avant tel ou tel post. Bref ce ne sont pas les créateurs des plateformes qui écrivent les contenus mais les usagers.

Or, depuis quelques mois déjà, ma dose de divertissement quotidienne avait tendance à se transformer en dose d’énervement quotidienne. La faute aux posts de plus en plus anti-vegan qui se développaient sur 9gag. Bon je me disais que cela venait de la cible de cette appli, dont une large part est par ailleurs fermée à beaucoup de choses, comme le féminisme. « Ils constituent une partie obtuse de la population, fais avec ».

Ça c’était jusqu’à ce qu’il y a peu, je tombe sur un post sur Se coucher moins bête qui n’avait pas d’autre but que d’informer sur une alternative végétale au cuir, le muskin. Et là arrivent (immanquablement) quelques commentaires sur le mode de vie vegan qui déclenchent une dispute par claviers interposés entre les deux « camps », pro et anti.

Ici pourtant le post de départ n’était pas une critique (contrairement à d’autres qui circulent sur 9gag ou Facebook) mais une simple information. Ce sont les commentaires qui ont amené le débat sur les critiques récurrentes faites aux vegans (cf. plus bas).

Et la une question se pose : quelle est l’étendue de cette représentation du véganisme et de l’envie de troller des vegans ?

Un vegan bashing très étendu ou des mêmes auteurs qui s’épanchent sur différents medias ?

Pour esquisser une piste de réponse, penchons-nous sur les cibles. Si 9 gag est international et donc, en anglais, SCMB est centré sur une cible française. Les cibles de chacune de ses applis se situent donc entre deux extrêmes :

  • Soit la cible de 9gag englobe celle de SCMB,
  • Soit les deux cibles sont distinctes, même si la frontière est poreuse

Cette dernière hypothèse tendrait donc à dire que les représentations anti vegan de 9gag sont partagées par ailleurs, par d’autres types de populations.

Les principales critiques faites aux vegans

Bon maintenant que j’ai dit ça, vous avez probablement envie de me dire « Accouche, c’est quoi ces positions ? Quelle est l’image des vegans qui transpire de ces commentaires ? ».

  1. Les vegans ne peuvent pas s‘empêcher de dire à tout le monde qu’ils le sont
  2. Les vegans sont des prosélytes qui aiment faire culpabiliser leurs interlocuteurs, des prêcheurs non désirés : ils essaient toujours de vous convertir.

Je ne reviendrai pas ici sur ce qui peut être opposé à ses affirmations, ce n’est pas le propos. Je souhaite plutôt montrer une convergence des remarques des trolls vers certains groupes.

Le troll, quesako

Qu’est-ce qu’un troll ? Lorsque les commentaires sont « désobligeants et outrageux » [Casilli, 2010, Les liaisons numériques : Vers une nouvelle sociabilité ? Paris: Seuil.p.317] nous parlerons de trolls. Un internaute peut troller un topic en écrivant une série de commentaires rendant le suivi de la conversation d’origine plus difficile. Aujourd’hui, certains médias dénoncent une utilisation galvaudée du nom. [Orain, 2016, Sur Internet, il est temps d’en finir avec les « trolls », Le Monde idées. A lire ici ]

Internet, avec son anonymat relatif, favorise les remarques haineuses [Delsol, 2016, Le phénomène des trolls en Une du Time, L’usine Digitale. A lire ici] et donc les trolls.

Un vegan bashing à la mode qui paradoxalement attire l’attention sur le veganisme

Les vegan sont donc, ces derniers mois, une cible privilégiée des trolls, et plus globalement des discussions on-line. Les auteurs de ces commentaires véhiculent une représentation du vegan comme de quelqu’un dans l’action (la conversion) mais surtout qui prend beaucoup de place, attirant sur lui l’attention en se catégorisant -sans qu’on ne le lui demande- comme vegan. Je ne parlerai pas ici de la réalité ou non de ses représentations. J’attirerai simplement l’attention sur le fait qu’à commenter et poster en visant une catégorie, le troll contribue lui-même à la mettre en avant. Et à lui conférer un statut victimaire ? A réfléchir

Le vegan c’est le nouveau bobo, comprenez la nouvelle cible qu’ON (indéterminé) adore détester. [Williams, 2016, « Haro sur les bobos », Elle. A lire ici] En se baladant sur la toile, on peut être tenté de se dire qu’il ne fait pas bon être vegan ou féministe en ce moment.

Pour en savoir plus sur le troll, vous pouvez aussi vous reporter à cet article du blog du sociologue Antonio Casilli : Casilli, 2012, Pour une sociologie du troll

1 thought on “Troll et véganisme

  1. Le problème a surtout commencé par une partie des vegans qui, effectivement, ne faisaient que parler de ça, partout. Tu peux voir sur des videos de cuisine, des « pro vegans » qui insultent les gens qui aiment manger de la viande… Donc à force de saouler les gens h24, bah, cela s’est retourné sur eux.

    Quand, à mon ancien taff, j’ramenais mon kebab pour manger dans le self, et que tu as toujours les trois c** vegan qui, à chaque fois, viennent me prendre la tête car je manges de la viande, sincèrement, cela me donne vraiment pas une bonne image de ce mouvement.

    Et certes cela à fait parler du Veganisme via les trolls, mais est-ce vraiment de la bonne façon ? . Tu peux manifester pour avoir des droits ou autre pour les animaux mais cela devient rapidement chiant quand quelqu’un veut t’imposer sa vision de la vie.

    Personne se moque des végétarien ou végétaliens, donc pourquoi on se moque des vegans ? Et ce n’est pas parce qu’ils ne consomment rien venant de la production d’animaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *